Accès membres :


   Espace membres   

Fedito FEDITO WALLONNE : Projet-Pilote prison de Lantin

Présentation du projet « Développement d’un modèle de prise en charge des personnes en détention présentant des problèmes liés aux drogues »

Contexte/motif du démarrage du projet pilote :
Un groupe considérable de détenus consomme des drogues au sein des prisons. Selon une étude du SPF Justice qui a été effectuée en 2010 dans les prisons belges, environ 60% des détenus ont déjà consommé des drogues illégales et environ 30% en ont consommé au cours de la période de détention. Il est également alarmant de savoir que 10% des détenus qui ont consommé des drogues l’ont fait pour la première fois dans la prison.On parle souvent de comorbidités (dépression, trouble de la personnalité,…) et de problèmes dans d’autres domaines de vie. L'usage de stupéfiants en prison est lié à différents risques dans le domaine de la santé et du bien-être des détenus. L’usage de drogues par les personnes en détention crée aussi des problèmes au sein de la prison (vol, extorsion, agression). Actuellement, il n’y a quasi pas de dépistages de la consommation de drogues en prison. Le suivi du service médical de la prison se limite souvent à un traitement de substitution et/ou une réduction des symptômes. L’offre d’assistance spécialisée pour les personnes avec des problèmes liés aux substances au sein des prisons est limitée. Le cadre de vie en prison laisse peu d’espace pour un traitement thérapeutique. Actuellement, certaines initiatives (souvent locales) sont en cours pour ce groupe cible, mais nous avons besoin d'une approche plus intégrale et intégrée. Une telle approche suppose une coordination des différents partenaires au sein de la prison et des partenaires externes sur le plan de la prévention, de la détection précoce, du traitement et de la réduction des risques. En fonction de celle-ci, un éventail d’activités complet doit être développé, incluant la prévention, la promotion de la santé, un meilleur (accès au) dépistage des problèmes de drogues et des autres problèmes de santé (qui y sont liés), la prise en charge et les soins de santé, l’accompagnement, la réduction des risques et l’organisation de la continuité des soins dont l’orientation plus rapide après la détention et en postcure (pendant la courte période après la détention). Pour atteindre cette continuité, il existe tant sur le plan du contenu (expertise) que sur le plan organisationnel (personnel), la nécessité d’une harmonisation entre le trajet de détention et le trajet de traitement qui soit cohérente avec le circuit de soins à l’extérieur de la prison. Cette tâche revient aux Groupes de Pilotage Locaux Drogues de concrétiser d’avantage cette collaboration intersectorielle, ensemble avec les responsables politiques impliqués et les professionnels du terrain.

Objectifs du projet et résultats attendus :
Pour optimaliser la qualité des soins pour les usagers de drogues dans les prisons, la Ministre fédérale de Santé Publique veut mettre en place en 2017 un projet pilote dans trois prisons belges (Hasselt, Lantin et l’Établissement pénitentiaire Bruxellois). Selon sa compétence, l’accent est surtout mis sur le renforcement (de l’expertise) des services médicaux au sein des prisons en matière de screening et de traitement des problèmes de consommation de substances (i.c. drogues illégales, alcool et psychotropes). L'objectif est de développer, au sein de trois prisons pilotes, un modèle de soins/ programme de traitement pour les personnes en détention, qui à terme pourrait être implémenté dans d’autres prisons. En effet, chaque prison peut, dans ce cadre, mettre plus précisément ses propres accents, en fonction de son contexte local / besoins spécifiques. Toutefois, l'idée centrale est une approche intégrée de l’élaboration de la problématique, où les différents partenaires dans et en dehors de la prison collaborent pour développer un trajet de soins sur mesure à la personne détenue

Mise en œuvre du projet :
La coordination locale du projet à la prison de Lantin a été confiée à la Fédito wallonne qui a pour mission d’en assurer la mise en œuvre en collaboration avec des membres de la DG Soins de Santé du SPF SPSCAE, des membres de la DG EPI du SPF Justice et le groupe de pilotage local drogues de la prison de Lantin. Dans ce contexte, la Fedito wallonne procède au recrutement d’une équipe constituée d’un(e) coordinateur-trice, d’un(e) psychologue, d’un(e) infirmier-ière ainsi que d’un(e) médecin psychiatre. Cette équipe a pour objectif d’étoffer les services de la prison de Lantin, et notamment ceux de la consultation d’addictologie, afin d’améliorer la prise en charge et la continuité des soins des détenus usagers de drogues.

Timing :
Vu la complexité de la problématique et la spécificité du contexte pénitentiaire dans lequel il sera mis en place, le projet sera réalisé en différentes phases.
Dans la première phase du projet (1 décembre 2017 - 31 mai 2018) la priorité est donnée à :
- Une meilleure et plus rapide identification des détenus présentant des problématiques de consommation de drogues via l’utilisation d’un instrument de dépistage standardisé
- La formation des collaborateurs du projet et du personnel du service médical au projet et à l’utilisation de cet instrument
- L'orientation / prise en charge des détenus confrontés à une problématique de consommation de substances.
- Un meilleur échange d’informations et de connaissances entre les prestataires de soins concernés (internes et externes) pour une meilleure continuité des soins, aussi bien pendant qu’après la période de détention.
Ceci suppose une approche intégrée de la problématique et une coopération et une harmonisation adéquates entre tous les partenaires concernés.

Missions de l’équipe (Évolutives et non-exhaustives) :
Dans le cadre du projet l’équipe remplira différentes missions qui consisteront notamment à :
-Contribuer à l’établissement d’un premier diagnostic via un instrument de dépistage et, si nécessaire, à l’instauration ou à la poursuite d’un traitement de substitution.
-Orienter la personne vers la consultation d’addictologie.
-Raccourcir le temps d’attente entre la première anamnèse et la consultation spécialisée.
-Améliorer le suivi médical et psychologique du détenu dans une optique de santé globale.
-Améliorer les collaborations avec les services internes de la prison et les services externes
De manière générale, globale et intégrée, l’équipe veillera à favoriser qu’un trajet de soins sur mesure pour le détenu soit élaboré.






En savoir plus

Actualités Actualités
Fédito wallonne
31 rue Pierreuse - 4000 Liège - Tél : 04/222 26 52
Courriel : feditowallonne@skynet.be