Accès membres :


   Espace membres   
Vous êtes ici : Actualités

Actualités

Enquête de santé 2018 :

Février 2020 : Siensano publie une enquête de santé sur les usages de drogues en Belgique...

Lire

Le monitoring de l’usage des drogues (cannabis, cocaïne, amphétamines, opiacés, …) et son évolution dans le temps au sein de la population belge est une responsabilité de santé publique, et ce, en raison des graves conséquences sanitaires et sociales que leur consommation peut engendrer et de la charge sociétale que cela représente. Ce rapport fait état des dernières estimations en matière de consommation de substances psychoactives à partir de l’enquête nationale de santé de 2018 et tente de dégager le profil associé afin d’orienter les mesures préventives vers les populations les plus à risque. Les principaux résultats, limités à la population âgée de 15 à 64 ans, se déclinent comme suit :

 La consommation de cannabis et d’autres substances psychoactives a augmenté de manière

significative en Belgique entre 2013 et 2018.

 22,6% de la population âgée de 15 à 64 ans déclare avoir déjà essayé le cannabis à un moment de son existence (15% en 2013).

 7,0% a fait usage du cannabis au cours des 12 mois précédant l’enquête (4,6% en 2013).

 4,3% a consommé du cannabis dans les 30 jours avant l’enquête (2,6% en 2013).

 Parmi ces usagers actuels, un sur trois rapporte une consommation (presque) quotidienne du

cannabis, soit d’au moins 20 jours sur les 30 derniers jours (c’est deux fois plus qu’en 2013).

 En 2018, trois personnes sur cent (15-64 ans) présente une consommation problématique de cannabis, considérant certains signes comme par exemple, consommer en matinée, consommer seul(e), avoir eu des problèmes liés à la consommation de cette substance, ne pas pouvoir diminuer/arrêter et ce malgré des remarques de l’entourage.

 9,0% des citoyens (15-64 ans) déclarent avoir pris un autre stupéfiant que le cannabis (3,6% en 2013), et un tiers de ceux-ci (soit 2,9% de la population) l’ont fait dans les 12 mois avant l’enquête (0,8% en 2013).

 La cocaïne (1,5%) et l’ecstasy (1,2%) sont les drogues les plus consommées après le cannabis. Le

nombre de consommateurs est également en hausse par rapport à 2013 (respectivement 0,5% et 0,3%).

 La consommation de stupéfiants concerne plus largement les jeunes de 15 à 24 ans et les hommes (de 15 à 34 ans), issus de tous les milieux sociaux. Pour illustrer ceci :

 À Bruxelles, un jeune homme sur cinq (20,5%) de 15 à 24 ans a consommé du cannabis dans les 12 mois, soit trois fois le chiffre observé pour de l’ensemble de la population (7% des 15-64 ans) ;

 En Flandre, l’usage récent de cocaïne parmi les hommes de 25-34 ans atteint une proportion de 8,3% soit trois fois le pourcentage pour l’ensemble des citoyens flamands (1,7% des 15-64 ans).

 C’est en Région bruxelloise que l’usage des drogues de toute nature est le plus répandu.

Ces résultats appellent les autorités à renforcer les mesures d’information et de prévention auprès des

adolescents et des jeunes adultes, mais également à redoubler les efforts en matière d’accompagnement et d’offre de traitement vis-à-vis des personnes (et leur famille) aux prises avec ces substances, et ce, dans une perspective de réduction des risques et dommages au sens large, sans stigmatisation. Par ailleurs, loin de jeter l’opprobre sur les usagers, une augmentation du recours aux stupéfiants au sein de la population doit nourrir une réflexion plus vaste et holistique sur le type de société léguée aux jeunes générations, et plus spécifiquement sur les normes et les valeurs qu’elle véhicule, sur la multiplicité des exigences qu’elle leur impose, et sur la place qu’elle leur réserve en termes d’intégration sociale et économique.





Autres actualités :

Actualités Actualités
Newsletter Newsletter
Recevez notre lettre d'information
entrez votre email ci-dessous :